Jiaogulan Xiancao

Jiaogulan Xiancao

SKU : P8
8,40€Prix

Gynostemma Pentaphyllum, L'herbe de longévité!

Le jiaogulan appartient au genre Gynostemma, dans la famille des cucurbitacées, qui comprend les concombres, les courges et les melons. Son fruit est une petite gourde pourpre non comestible. C'est une vigne grimpante qui s'attache aux supports à l'aide de vrilles. Les folioles dentelées poussent généralement en groupes de cinq (comme chez G. pentaphyllum) bien que certaines espèces puissent avoir des groupes de trois ou sept folioles. La plante est dioïque, ce qui signifie que chaque plante existe en tant que mâle ou femelle. Par conséquent, si des graines sont souhaitées, une plante mâle et femelle doit être cultivée.

Gynostemma pentaphyllum est connu sous le nom de Jiaogulan en Chine. La plante a été décrite pour la première fois en 1406  par Zhu Xiao, qui a présenté une description et un croquis dans le livre "Materia Medica for Famine" comme aliment de survie plutôt que comme herbe médicinale. Le premier enregistrement de l'utilisation du jiaogulan en tant que médicament provient du livre "Compendium of Materia Medica "de l'herboriste Li Shizhen publié en 1578, identifiant le jiaogulan pour traiter diverses affections telles que l'hématurie, l'œdème dans le pharynx et le cou, les tumeurs et les traumatismes. Alors que Li Shizhen avait confondu le jiaogulan avec une herbe analogue Wulianmei, en 1848 Wu Qi-Jun rectifia cette confusion dans Textual Investigation of Herbal Plants.

 

La reconnaissance moderne en dehors de la Chine est née de la recherche sur les substituts du sucre.  Dans les années 1970, alors qu'il analysait la composante sucrée de la plante de jiaogulan (connue sous le nom d'amachazuru au Japon), Masahiro Nagai a découvert des saponines identiques à celles du Panax ginseng. La recherche continue a décrit plusieurs saponines (gypénosides) comparables ou identiques à celles trouvées dans le ginseng. Panax ginseng contient des ginsénosides tandis que des saponines de gypénoside ont été trouvées dans le jiaogulan. 

  • FICHE TECHNIQUE

    Présentation : Notre Jiaogulan arrive de la province de Shaanxi en Chine. Il pousse sur des pents montagneux, près d'une ferme familiale et biologique de jardin de thé. Gynostemma pentaphyllum, appelée également jiaogulan, Xiancao ou « herbe de l'immortalité » , est une plante grimpante chinoise de la famille des cucurbitacées. Le jiaogulan est connu depuis longtemps en Asie, son utilisation est mentionnée du temps de la dynastie Ming dans un livre sur la « Médecine contre la Famine ».
    Elle est utilisée dans la médecine chinoise traditionnelle et comme édulcorant au Japon. Cette plante rustique, qui résiste au froid intense (jusqu'à -15 °C), est présente en Inde, Chine, Taïwan, Malaisie, Japon et Corée. On dit de cette plante que ceux qui la boivent régulièrement en infusion ont une espérance de vie supérieure à la moyenne. Des saponines apparentées similaires à celles trouvé dans le ginseng se retrouvent également dans le jiaogulan.
    C'est pour cela qu'elle est aussi appelée Gingembre bleu. Les feuilles de jiaogulan contiennent de nombreux hétérosides de la famille chimique des dammaranes tels que le gypenoside, le gylongiposide I, le gypenoside et la vitexine, plus une carbamide l'allantoïne.
    Le goût sucré de ses feuilles permet son utilisation pour sucrer le café ou le thé, d'en faire un thé sucré appelé Amachazuru ou une boisson alcoolisée, c'est vous qui voyez.